Bio – version longue

Bilingue dans les langages « créatif » et « technique », je conseille, dessine des sites web et des applications iPhone ou propose des solutions techniques adaptées aux contraintes de chaque projet : objectifs, délais, budgets…

Comment en suis-je arrivé là ?
Par une évolution de 10 ans !

Géo / Graphie

Après une licence en géographie / SIG à l’université Paul Valery à Montpellier et une année d’échange Erasmus en Angleterre, j’ai directement commencé, comme travailleur indépendant, à tracer des cartes et mettre en forme des documents de présentation pour le développement de projets éoliens et aménagements urbains. Mes principaux clients étaient l’agence Krepis à Montpellier, la consultante en environnement et urbanisme Vénita Martineau et des entreprises de production d’électricité verte : JMB énergie et Energies du Midi (aujourd’hui EDF Energies Nouvelles).

Ensemble, nous avons produit un bon nombre de belles études d’impact sur l’environnement, de 2000 à 2008, qui ont permis la construction de parcs éoliens industriels partout en France, ainsi que le développement de zones d’activités et de résidences sur l’agglomération montpelliéraine.

A la fois designer et infographe, j’étais alors en charge de la production des cartes, de la réalisation des photomontages de simulation paysagères et de la mise en page des documents finaux. C’était un travail d’équipe : paysagistes, écologistes, bureaux d’études en hydrogéologie, ingénierie éolienne, juristes… l’expertise de chacun au service d’un document de qualité, à destination des services de l’Etat et des communautés locales.

En parallèle, j’ai commencé dès 2000 à assister Michel Redon, directeur artistique – plasticien installé à Aigues-Vives, pour la mise en page du magasine Terre de Vins appartenant au groupe Midi-Libre, puis sur d’autres projets de la même veine graphique : rapports annuels, identité visuelle, livres, affiches, logos et des projets multimédia : cd, vidéo, sites web. Ces travaux demandaient évidement une approche artistique plus poussée.

Et le Web dans tout ça ?

Le Web a commencé par être un loisir… dès 1997. Je naviguais déjà beaucoup sur la toile et bricolais des sites personnels avec les premières versions de golive, dreamweaver, flash, director… Puis, de petits sites en expériences personnelles, j’en suis venu à designer et réaliser des sites pour des amis, pour des collègues et enfin pour des clients.

Il faut dire que techniquement je suis d’une nature curieuse : à 10 ans j’avais un merveilleux TO7-70 à la maison. A cette époque, quand on voulait jouer à un jeu vidéo, il fallait généralement le saisir ligne par ligne ! J’ai passé de belles heures à lire et recopier des magazines spécialisés : Théophile, l’Ordinateur Individuel, Science et Vie Micro… C’était un peu du chinois certes, mais ça a mis en place un bon terreau : Basic, Logo, Pascal puis plus tard C, C++… et encore plus tard PHP, Javascript, Lingo, ActionScript, Objective-C ! Les années passent et les langages de programmation évoluent. Ce n’est pas un secret, l’informatique est un monde en perpétuel mouvement, le seul moyen d’avancer est de continuer à apprendre chaque jour.

Alors j’ai appris ! A utiliser des bases de données MySQL, à valider les pages HTML aux standards W3C. Avec un bon lot d’essais, erreurs et succès, j’ai maîtrisé les subtilités du CSS, appris les forces et faiblesses de nombreux CMS open-source, testé et mis en place, édité une kyrielle de blogs, thèmes, plugins et boutiques en ligne. J’ai épluché les nombreux sites de SEO, assisté à autant de conférences, pour en retenir les bonnes pratiques et les faux pas à éviter.

Mise à l’épreuve

Fraichement arrivé à Montréal, j’ai très vite eu l’occasion de mettre à l’épreuve tous ces domaines et toutes ces expériences. Et à la dure : en agence de publicité ! Changement de rythme, de niveau de qualité, de portée… de budget. Ces deux ans en agence, du studio d’infographie au poste de producteur Web, m’ont permis de mieux délimiter mes forces et mes points faibles et surtout de prendre conscience de mes motivations professionnelles. J’ai eu la chance d’y aborder des questions de stratégie, d’identité de marque, d’enjeux économiques, pour des enseignes d’envergure nationale au Québec.

C’est ainsi que début 2010, j’ai repris un statut de travailleur autonome. Le réseau bâti ces deux dernières années me permet de me consacrer davantage à ce que je veux faire, plutôt qu’à ce que je peux faire. Une nuance d’importance !

Ce que je fais maintenant

Ce que je veux, c’est surtout accompagner les gens dans leurs projets Internet. J’ai vu bien des projets de sites Web lancés sans queue ni tête, avec des délais et des budgets complètements délirants. Et à l’arrivée, rien de bien beau : des clients mécontents, des producteurs frustrés, des gestionnaires stressés. Un joli gâchis d’argent et d’efforts en somme.

Je me consacre donc au développement de projets Web, principalement pour les PME, en aidant à définir les besoins réels de l’entreprise et déterminer des objectifs aussi pertinents que mesurables. C’est pourquoi à présent, bien souvent, à la question : « Combien ça coûterait ? », je réponds : « En avez-vous VRAIMENT besoin ? »

Selon l’ampleur du projet, je dessine, intègre et programme ou mets en contact et gère des fournisseurs d’horizons différents : graphistes, programmeurs, rédacteurs, photographes. Chacun a son propre domaine et ses propres contraintes, mon rôle est de les faire travailler au mieux ensemble pour atteindre les objectifs du projet. Mon expérience dans chaque domaine me permet de mieux comprendre les enjeux et limites de chacun et de garder une vision globale sur l’ensemble du projet, tout au long de son développement.

Enfin, je développe des applications iPhone et iPad… parce que c’est très fun ! Et aussi pour rester en contact avec la demande du marché. J’ai réalisé à mon compte principalement des jeux pour iPhone : iPétanque, STAXX, Bits of Pics. En fait, j’ai toujours 3-4 projets en cours de ce coté-là. Mais, je réalise aussi des applications plus sérieuses à la demande, comme par exemple un lecteur de blog pour Kim Vallée, blogueuse renommée de Montréal et d’autres outils logiciels privés. Là encore, l’Internet est une source inépuisable de matériel d’apprentissage, tout comme les 5 à 7 de développeurs, les conférences et les forums en ligne.

Conclusion

Voilà, si vous êtes arrivés jusqu’ici, mon profil professionnel vous paraitra sans doute plus clair : c’est juste le fruit d’une évolution ayant pour moteur principal l’envie d’en apprendre d’avantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>